Khalil Trabelsi

Khalil Trabelsi

Community Manager and Producer of Happiness

Community Manager : Les 10 questions posées lors d’un entretien d’embauche

A businessman working on modern technology

L’utilisation massive des réseaux sociaux a fait que les entreprises devaient absolument et rapidement se retourner vers leurs communautés qui se trouvaient désormais sur la toile. Le Web communautaire a obligé, si on peut le dire, les enseignes à élargir leurs structures et organigrammes pour incorporer des nouveaux profils 2.0 manquants : Le Community manager, est l’un des métiers dont on parle de plus en plus depuis quelques temps. Aux Etats Unis, ce poste séduit en majorité les jeunes et en particulier les femmes et d’après une étude réalisée par socialfresh.com, le salaire brut annuel moyen du gestionnaire de communauté s’élève à  40.000 euros.

Quoiqu’il n y a aucune formation dédiée, les offres d’emploi pour le poste de Community Manager se multiplient, et c’est la raison pour laquelle, j’ai voulu partagé avec vous une simulation des questions qu’on m’a déjà posées lors des différents entretiens que j’ai passé pour ce poste. Une bonne préparation pour l’entretien d’embauche augmentera sans doute vos chance de réussir.

1- Présentez-vous !

L’ouverture préférée par celui qui dirigera l’entretien, tout en sachant qu’il vous connaît assez bien et qu’il a déjà effectué une recherche minutieuse à partir de Google pour étudier votre réputation numérique et tout ce qu’on dit sur vous.

2- Qu’est ce que vous savez de notre entreprise ?

Imaginez bien que cette question fera partie du questionnaire du recruteur pour savoir si la personne qui est devant lui a pris la peine d’investiguer sur l’enseigne, ses produits et services, et son environnement. Une petite parenthèse, si vous avez repéré des faiblesses chez cette entreprise en effectuant votre recherche, ne les faites pas savoir !  les directeurs n’apprécient pas trop qu’on les critique, sauf si on vous demande d’exposer des améliorations que vous pouvez apporter afin de les corriger, en fin du compte, s’ils ont fait appel à vous, c’est parce qu’ils ont un réel souci de gestion des réseaux sociaux.

3- Donnez-moi des exemples d’opérations réussies en Community management que vous avez effectué avec d’autres entreprises ?

Même si vous n’avez aucune expérience précédente, vous pouvez citer des événements dont vous avez participé et que c’était d’une partie grâce à vous si vous avez réussi à parler de ces événements, de créer de l’engagement et de développer une communauté qui vous fait confiance. A ce titre, l’environnement associatif est un bon prétexte pour que vous puissiez vous vanter et faire savoir votre potentiel.

4- Citez quelques outils que vous utilisez en tant que CM ?

Il est fortement conseillé de structurer sa réponse à cette question. La boite à outils d’un Community manager est très variée, et on pourra les cataloguer en 4 grandes rubriques : Ceux pour faire de la veille, la gestion de contenus, le reporting et la mesure de l’influence.

5- Qu’est ce que le Edge-Rank ? (Le R.O.I ? la Gamification ? le Bad-Buzz ? … )

Vous aurez probablement au passage deux petites questions un peu technique pour évaluer vos connaissances. N’ayez pas peur de dire “je ne sais pas” si vous bloquer sur une question, et vous n’êtes pas obligé de tout savoir, il arrive que le recruteur invente un terme imaginaire pour voir si vous n’êtes pas entrain de trop vous la raconter !

6- Qu’est ce qui vous motive de travailler chez nous ?

Une question très classique à laquelle il faudra répondre avec toute sincérité, si vous avez choisi d’envoyer votre candidature pour le poste de CM à cette entreprise, dites ce que vous pensez de cette enseigne et faites savoir au recruteur que vous aimez vraiment  ce qu’ils font.

7- Si vous avez reçu une offre pus intéressante chez un concurrent alors que vous venez d’être embauché avec nous, vous faites quoi ?

Par le biais de cette question embarrassante, le recruteur aura la réponse à la question précédente à savoir la réelle motivation du candidat : Entre rémunération, passion, ambiance de travail ou le besoin d’appartenance, le futur employé doit savoir ce qu’il veut !

8- Quelles sont vos principales qualités et défauts ?

Mettre en avant ses qualités et se faire mousser, ça on le maîtrise à merveille, mais réellement, c’est la deuxième facette qui intéressera le recruteur. Si j’ai des conseils à vous donner c’est d’une part de se poser sincèrement la question en ce qui concerne les défauts avant de passer en entretien pour pouvoir y répondre devant le recruteur, d’autre part c’est la forme avec laquelle vous présenteriez le défaut qui fera toute la différence. Exemple : Évitez de dire : “Je suis immature”, et essayez plutôt d’enrober votre défaut en donnant l’impression que vous êtes conscient de ce vilain défaut et que vous êtes entrain de vous améliorer en disant :”Etant donné mon âge et mon peu d’expérience professionnelle, je manque un peu de maturité, mais j’en suis conscient et c’est un axe d’amélioration que je travaille et qui a déjà bien progressé depuis mon dernier stage”.

9- Quelles sont vos prétentions salariales ?  

Pour répondre correctement à cette question, je vous propose d’écouter l’avis de Monsieur Pierre Denier, consultant et coach dans le domaine des activités professionnelles :

10- Avez-vous des questions ?

Ne jamais répondre par un “non” à cette question, dans la plupart des cas, les recruteurs donnent de l’importance aux candidats qui semblent vraiment intéressés par le poste à pourvoir. Surtout n’hésitez pas à poser des questions utiles et efficaces pour montrer que vous avez une réelle envie d’intégrer l’entreprise.

Avant d’être convoqué pour un entretien d’embauche, la phase de sélection des candidatures envoyés par mail est primordiale, le recruteur fera un tri en évaluant votre identité numérique et votre présence digitale comme on l’avait dit au début, donc un dernier conseil, soignez votre e-réputation avant de s’occuper de celle des entreprises.

Le monde arabe et les médias sociaux : Quelques Chiffres Clés !

number-and-pourcentage-of-f

Il est quasiment inévitable de parler du printemps arabe sans pour autant évoquer les médias alternatifs. Ne faisant plus trop confiance aux médias classiques (car elles sont généralement proches du pouvoir corrompu), les populations orientales ont tendance à changer de comportements. Ces nouvelles sources d’informations deviennent un véritable centre d’intérêt pour ces consommateurs mais également pour les chercheurs, marketeurs et adeptes de statistiques, obligés d’élaborer des études comportementales pour pouvoir analyser et comprendre ces nouvelles tendances. Comme on ne pourrait pas passer inaperçu face au bouleversement dans le monde arabe, voici quelques donnes utiles réalisées par la “Dubai School of Government” entre juin 2010 et juin 2012 :

Facebook et le monde arabe :

  • Le nombre des utilisateurs Facebook dans le monde arabe a approximativement triplé en 2 ans, passant de 16 millions  d’utilisateurs actifs en juin 2010 à 45 millions fin juin 2012 (et les derniers rapports affichent que le nombre a déjà atteint 49 millions d’utilisateurs en mars 2013)

Nombre-et-pourcentage-des-u

  • La présence de la femme orientale constitue uniquement 34% du nombre total des utilisateurs dans la région. Ce chiffre est relativement réduit par rapport à la tendance globale où la femme constitue 50% des utilisateurs actifs dans le monde.
  • Pas étonnant que 70% des facebookers dans la région arabe soient des jeunes âgés entre 15 et 29 ans et que le pays des pharaons représente le ¼ du nombre total des utilisateurs arabes.
  • D’après l’étude de la DSG, la langue arabe est la langue la plus utilisée, suivie de l’anglais et le français.

Twitter et le monde arabe :

2,099,706 est le nombre total des comptes twitter actifs estimé dans la région arabe en fin juin 2012 enregistrant un total de 5,750,386 tweets par jour. Sans transition, voici le “top five” des pays avec le plus grand nombre d’utilisateurs sur twitter :

1- L’arabie Saoudite (avec 830,291 utilisateurs)

2- Le Kuwait (avec 370,987)

3- l’Egypte (296,219)

4- Les Emirats Unis (263,070)

5- le Liban (77,722)

Non, la Tunisie n’est pas présente au top 5 (ou cas ou vous vous posiez la question), sa révolution en janvier 2011 a pris de l’envergure sur le géant Facebook, contrairement aux égyptiens qui avaient mené leur attaque sur Twitter pour renverser le régime Moubarak.

Ci dessous, les hashtags les plus utilisés dans la région arabe en Février et Mars 2012  :

top-hashtags-in-arab-world

A cette période, il est clair qu’on parlait trop des affrontements entre Le gouvernement Sunnite du Bahrain et la minorité Chiite (2ème et 3ème mots clés sont respectivement Syrie et Bahrain twittés en arabe).

Linkedin et le monde arabe :

Par contre la présence sur le réseau professionnel n’est pas au Rendez-vous, la DSG montre que seulement 4,294,484 des arabes ont un compte sur Linkedin (ce chiffre représente le 1/10 du nombre total des utilisateurs qui possèdent un compte Facebok). La catégorie intéressée par ce réseau est la plupart celle entre 18 et 34, en d’autres termes, les étudiants et nouveaux diplômés en recherche d’emploi.

Revue rapide de Youtube :

  • La plateforme Youtube représente le point de repture entre les médias classiques et le commencement d’une nouvelle génération qui fait la découverte de ce qu’on appelle le journalisme citoyen, un moyen de s’acquérir une information fiable nécessitant le déplacement sur terrain pour filmer la réalité avec n’importe quel moyen.
  • Les dernières rapports révèlent que 167 millions de vidéos sont vues par jour dans le monde arabe ce qui place la région dans la deuxième position après les Etats Unis et devant le Brézil dans la consultation quotidienne des vidéos sur Youtube.
  • L’Arabie Saoudite détient encore la première position dans la catégorie de lecture des vidéos, suivi de l’Egypte, le Maroc et les Emirats Arabes Unis.

Et si vous souhaitez avoir plus d’infos et de graphiques, vous pouvez consulter le rapport détaillé (en anglais) de la “Dubai School of Government” en cliquant sur ce lien (lien vers le fichier pdf)

Que devient notre compte Facebook après notre décès ?

dying-online

La communauté AllFacebook.com a publié un petit rapport en illustration sur un sujet particulièrement intéressant et qu’il serait peut-être utile de le partager avec nos honorables lecteurs. Facebook a déjà intégré cette fonction depuis longtemps mais très peu d’utilisateurs la connaissent. Il s’agit de la demande déclaration de décès d’un facebooker. Qu’en est-il de son compte après sa mort ? Et comment faire savoir que cet utilisateur n’est plus ?

Le social network a estimé que près de 200000 de ses membres trépassent chaque année. On enregistre journalièrement 700000 nouvelles inscriptions contre seulement 548 déclarations de décès. En d’autres termes, et d’après les statistiques, Facebook détient la moitié du nombre total de décès dans le monde.

Après plusieurs mois de déconnexion totale du Facebook et de la vraie vie, le compte du défunt continue d’exister, mais pour signaler sa mort, il faudra remplir un formulaire intitulé « Demande de commémoration » et renseigner des champs obligatoires comme par exemple le nom complet du défunt, le lien d’amitié (famille proche, famille étendue, ami, collègue…) ou faire carrément une demande de suppression définitive du compte. Dans le premier cas, une publication automatisée de la personne décédée surgira occasionnellement dans le fil d’actualités de ses amis pour s’en rappeler et lui laisser un petit message de condoléance, et selon les paramètres de confidentialité du défunt, Ils pourront partager des photos de leurs souvenirs sur le journal de commémoration et seront visibles uniquement qu’avec les personnes qui les avaient partagés.

Autres principales caractéristiques d’un compte de commémoration, c’est que personne ne pourra se connecter dessus, et aucune demande d’ajout d’ami  ne sera acceptée, par ailleurs, tout le monde peut envoyer des messages privés au défunt.

Je me demande s’il faudrait peut-être prévoir d’écrire ses dernières volontés numériques chez un notaire et sur lesquelles il y’aurait tous les logins et mots de passes de mes comptes sur les réseaux sociaux ?